Episode de canicule exceptionnel : tout le monde doit se protéger

Météo France maintient une vigilance orange canicule pour la grande majorité du territoire national et annonce le passage en vigilance rouge pour certains départements. Les températures seront également très élevées dans les départements en vigilance orange. Cet épisode, exceptionnel de par sa précocité et par l’intensité très marquée de la chaleur le jour et la nuit, nécessite d’adapter ses comportements pour se protéger et garder sa capacité à s’occuper des personnes les plus vulnérables de son entourage. Rappel des conseils simples à adopter…

Ces premières chaleurs qui arrivent tôt, alors que les enfants sont encore à l’école, nécessitent de revoir certaines habitudes du quotidien. Il faut alors adapter son mode de vie (privilégier les heures fraiches) et limiter son activité physique, s’organiser pour ses déplacements (notamment pour les départs en vacances), avoir de l’eau et un brumisateur avec soi.

En effet, la chaleur est moins supportable lorsqu’elle arrive en début d’été, car le corps y est encore peu habitué, même pour les personnes en bonne santé. Il est donc essentiel d’éviter de s’exposer à la chaleur, de boire et de se rafraîchir en se mouillant la peau (douches, linges humides …). Il est utile de pouvoir se reposer quelques heures par jour dans des pièces plus fraiches (25/26°).

Cette canicule se caractérisant par des températures nocturnes très élevées, qui rendent le repos difficile. Il faut maintenir son logement au frais, en ouvrant les fenêtres tôt le matin et en fermant les fenêtres et volets la journée.

Pour les départements placés en vigilance orange et rouge, des effets sanitaires graves peuvent être rencontrés par l’ensemble de la population habitant ou traversant ces territoires, y compris les personnes en bonne santé, si elles n’appliquent pas les recommandations de prudence.
L’activité physique doit être évitée, ou au moins limitée, et en cas d’impossibilité absolue déplacée aux heures les moins chaudes de la journée.

Pour lutter au mieux contre les conséquences de la chaleur dans l’ensemble des départements, qu’ils soient placés en jaune, orange ou rouge, Santé publique France liste plusieurs recommandations :

Précautions à prendre

  • Buvez régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
  • Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour ;
  • Mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ;
  • Evitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée...) ;
  • Evitez les efforts physiques ;
  • Portez des vêtements amples, légers et de couleurs claires et si vous sortez, protégez-vous du soleil (lunettes, chapeau, crème solaire)
  • Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
  • Si vous empruntez les transports en commun, pensez à emporter avec vous de l’eau et un brumisateur et à faire boire les enfants
  • Pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide ;
  • Pour une information en temps réel, vous pouvez consulter la carte de vigilance de Météo-France qui est mise à jour a minima deux fois par jour à 6h et 16h : http://vigilance.meteofrance.com.

S’agissant des travailleurs

A l’occasion de la vague de chaleur qui traverse actuellement la France, le ministère chargé de la Santé en collaboration avec Santé publique France et l’Inspection médicale du travail, rappellent la vigilance à avoir pour les travailleurs les plus exposés.

En voiture et lors de longs trajets

  • Pensez à emporter de l’eau et un brumisateur pendant les trajets en voiture ;
  • Arrêtez-vous régulièrement pour vous reposer et vous rafraîchir ;
  • Sur certaines aires d’autoroute des fontaines à eau ou des zones de brumisation sont mis à votre disposition ;
  • Si possible, décalez votre trajet aux heures les moins chaudes ;
  • Ne jamais laisser une personne seule dans une voiture, surtout un enfant car la température dans l’habitacle peut augmenter très vite.

En cas de signes d’alerte (crampes, fatigue inhabituelle, nausée, vomissements maux de tête…)

  • Stoppez toute activité physique et mettez-vous au frais
  • Buvez
  • Rafraichissez-vous avec du linge humide, un brumisateur, une douche…
  • Appelez un médecin si les signes persistent au-delà d’1 heure ou s’aggravent ou si vous souffrez d’une maladie cardiaque
  • Si vous voyez quelqu’un victime d’un malaise ou ayant des propos incohérents ou souffrant de fièvre, appelez le 15

Tout savoir sur les recommandations de comportements et de prévention

Ces conseils doivent s’appliquer à tous, y compris aux personnes en bonne santé, car tout le monde est concerné.

Elles s’appliquent particulièrement aux personnes fragiles (personnes âgées de plus de 65 ans, personnes handicapées ou malades, personnes dépendantes, femmes enceintes, jeunes enfants, personnes sans abri…) et aux travailleurs exposés à la chaleur, plus à risque de présenter des complications.

Il est important de protéger les enfants pendant le temps scolaire en les incitant à boire et à se rafraîchir en se mouillant la peau. Il faut également les inciter à se mettre à l’ombre et à éviter les activités physiques.

Attention aux coups de chaleur  et à la déshydratation

Chaque année on observe pendant les épisodes de chaleur une augmentation des recours aux soins pour des symptômes spécifiquement ou en grande partie dus à l’exposition à la chaleur :

  • L’hyperthermie ou « coup de chaleur » : une personne qui ne transpire pas assez a une température corporelle qui augmente et ne peut se maintenir à 37°C. Ce risque concerne principalement les nouveau-nés, les jeunes enfants et les adultes particulièrement exposés à la chaleur (sportifs ou travailleurs en extérieur) et peut avoir des conséquences graves.
  • La déshydratation : une personne qui transpire et ne boit pas assez, se déshydrate (le corps manque d’eau). Ce sont les personnes âgées qui sont les plus exposées à ce risque.

Voir aussi :